top of page

Terres rares : Projet minier en Afrique


Les Terres rares présentent des défis uniques en matière d'extraction car ils sont généralement présents en quantités dispersées et en association avec d'autres minéraux tels que l'uranium. En conséquence, les sociétés minières recherchent des gisements commerciaux, notamment en Afrique, avec plusieurs projets notables déjà en cours.


mine de phalaborwa en Afrique du Sud

Mine de Phalaborwa (Province de Limpodo, Afrique du Sud).


Projet Phalaborwa : Afrique du Sud

La société londonienne Rainbow Rare Earths détient le projet Phalaborwa, situé dans la province de Limpopo en Afrique du Sud. Avec une ressource minérale estimée à 30,4 millions de tonnes, le projet représente l'un des producteurs d'oxydes de terres rares magnétiques séparés les moins coûteux au monde. Actuellement, une étude de pré-faisabilité est en cours suite à la publication d'une évaluation économique préliminaire en octobre 2022, dont les conclusions ont révélé un résultat économique solide.


Projet Lofdal : Namibie

Le projet Lofdal en Namibie est détenu par la société minière canadienne Namibia Critical Metals. Avec une capacité de production de 2 000 tonnes/an d'oxyde de terres rares total, le projet a le potentiel de produire à la fois du dysprosium et du terbium, deux des élément les plus précieux au monde. Namibia Critical Minerals développe le projet en collaboration avec la Japan Oil, Gas and Metals National Cooperation. La société a également récemment signé une lettre d'intention avec SGS Canada, une société d'essais, d'inspection et de certification, pour lancer des essais en usine pilote sur un échantillon de cinq tonnes provenant du gisement.


Projet Longonjo : Angola

Le projet REE de Longonjo est une mine à ciel ouvert et une usine de concentration par flottation située en Angola. Propriété de la société britannique Pensana, la mine dispose d'une ressource minérale estimée à 313 millions de tonnes. Le projet devrait produire 40 000 tonnes/an, qui seront traitées dans une raffinerie au Royaume-Uni. En 2022, Pensana est entrée dans la phase de construction du projet. La mine a une durée de vie de 20 ans.


Projet Makuutu : Ouganda

Le projet REE de Makuutu en Ouganda couvre six licences sur une superficie de 298 km². Développé par Ionic Rare Earths, une société australienne, le projet a une estimation des ressources minérales totales de 532 millions de tonnes. La société a publié l'étude de faisabilité de la phase un du projet en mars 2023, une phase qui prévoit la production de 1 300 tonnes/an au cours des dix premières années et de 1 160 tonnes/an sur 35 ans. Le ministère de l'Énergie et du Développement minéral de l'Ouganda a accordé à la société l'approbation pour l'usine de démonstration en avril 2023.


Projet Ngualla : Tanzanie

Peak Rare Earths, une société australienne, développe le projet Ngualla Rare Earth en Tanzanie, qui contient l'un des plus grands gisements de terres rares de haute qualité et à faible coût en néodyme-praséodyme au monde. La mine dispose d'une ressource minérale estimée à 18,5 millions de tonnes, et les ressources doivent être traitées par une usine de concentration située sur place. Une étude de faisabilité bancable a été achevée en octobre 2022, tandis qu'un accord de coopération stratégique pour la vente a été signé avec le groupe chinois Shenghe Resources le même mois. En mai 2023, la société a obtenu une licence minière spéciale.


Projet Songwe : Malawi

La société canadienne d'exploration et de développement minier Mkango Resources développe le projet Songwe Hills REE au Malawi. Avec des ressources minérales de 18,1 millions de tonnes, la mine à ciel ouvert a une durée de vie de 18 ans et devrait produire en moyenne 5 954 tonnes/an. Les opérations minières devraient commencer en février 2025, avec une accélération du traitement en juillet de la même année.


Projet Steenkampskraal : Afrique du Sud

Le projet Steenkampskraal en Afrique du Sud est une opération unique qui contient les quinze ETR. La mine comprend un projet existant détenu et exploité par Anglo American jusqu'en 1963 et dispose d'une ressource minérale estimée à 15 630 tonnes de néodyme, 4 459 tonnes de praséodyme, 867 tonnes de dysprosium et 182 tonnes de terbium. Avec l'un des dépôts de terres rares à la teneur la plus élevée au monde, la mine devrait produire 2 700 tonnes/an de TREO (Oxydes de Terres Rares Totales) pendant plus de 20 ans.



Investissement


L'exploration et l'exploitation des terres rares en Afrique représentent un secteur en croissance qui offre un fort potentiel d'investissement. Les projets mentionnés dans cet article témoignent de la diversité des ressources minérales disponibles sur le continent. Les quantités importantes de terres rares estimées dans ces gisements soulignent l'importance croissante de cette ressource dans l'industrie mondiale.


Investir dans les terres rares présente des avantages potentiels pour les investisseurs intéressés par le secteur des matières premières. Les projets en cours démontrent un solide engagement des sociétés minières à exploiter ces ressources de manière durable et à répondre à la demande croissante sur le marché mondial. En particulier, la coopération stratégique avec des partenaires internationaux tels que la Japan Oil, Gas and Metals National Corporation et le groupe chinois Shenghe Resources montre l'importance de ces gisements pour l'économie mondiale.


Elio Strategy, spécialiste des investissements en terres rares, est un interlocuteur de confiance pour les investisseurs. Grâce à son expertise et à son analyse approfondie du marché, Elio Strategy aide ses clients à prendre des décisions éclairées et à tirer profit des opportunités offertes par les terres rares. Demander votre Brochure: www.eliostrategy.com/brochure

bottom of page