top of page

Terres Rares : des entreprises occidentales défient la domination de la Chine

Un groupe restreint d'entreprises originaires du Canada, d'Allemagne et d'Australie, s'engage à révolutionner le marché des terres rares en promettant une qualité constante et en cherchant à réduire la dépendance à l'égard de la Chine.

À ce jour, la Chine détient un monopole de 95 % sur la production mondiale de terres rares, des éléments essentiels à la fabrication d'aimants pour véhicules électriques, éoliennes et produits électroniques grand public. Ce monopole a permis à la Chine de dicter les prix et de perturber les marchés mondiaux grâce à des restrictions à l'exportation.


Ionic Rare Earths Avance les Travaux de Forage sur le Projet Makuutu en Ouganda".

Ionic Rare Earths Avance les Travaux de Forage sur le Projet Makuutu en Ouganda.

Des entreprises telles que Ionic Rare Earths, la société australienne ou Aclara Resources, cotée à la Bourse de Toronto, ainsi que d'autres acteurs majeurs tels que Neo Performance Materials au Canada et Vacuumschmelze en Allemagne, explorent des projets visant à réduire la dépendance à la Chine en adoptant une tarification basée sur le marché.

Bien que ces entreprises n'aient pas encore formulé de commentaires officiels sur ces projets, elles semblent déterminées à créer une alternative viable.

Ces initiatives interviennent alors que les pays du G7 encouragent la production nationale de métaux essentiels, et en retour, les entreprises minières anticipent que les utilisateurs finaux paieront une prime. Les inquiétudes liées aux tensions géopolitiques croissantes entre l'Occident et la Chine suscitent des préoccupations quant à la fiabilité de l'approvisionnement.

Récemment, la Chine a renforcé ses contrôles en exigeant des licences d'exportation pour certains produits à base de graphite, ce qui a mis en évidence l'importance stratégique de ces ressources. Le prix actuel du néodyme, un élément crucial dans la fabrication d'aimants extrêmement puissants, varie considérablement, et les entreprises occidentales estiment que les prix en Chine pourraient augmenter de 30 % par rapport aux niveaux actuels.

Les entreprises minières affirment que l'Occident peut fournir des terres rares respectueuses de l'environnement, mais que les coûts de production sont plus élevés que ceux de la Chine, justifiant ainsi des prix supérieurs. Cependant, la question de la tarification reste débattue, avec certains fabricants recherchant une équité dans les prix, indépendamment de l'origine des terres rares.

Bien que des projets d'extraction en dehors de la Chine demandent du temps et des investissements, des alternatives émergent au Viêt Nam, en Malaisie et au Myanmar, mais la production à grande échelle reste à l'horizon.


En fin de compte, la question des terres rares ne se limite pas à la géopolitique, mais s'étend également à la durabilité et à la sécurité des chaînes d'approvisionnement. Alors que l'Occident s'efforce de diversifier son approvisionnement, il est temps pour les investisseurs de considérer les opportunités offertes par ce secteur en mutation, qui joue un rôle crucial dans la transition vers une économie plus verte.

Elio Strategy, spécialisée dans les investissements en métaux et minéraux stratégiques, est à l'avant-garde de cette évolution passionnante du marché. Rejoignez-nous pour explorer les opportunités d'investissement prometteuses dans le secteur des terres rares et contribuer à façonner l'avenir énergétique durable. Demander votre brochure: www.eliostrategy.com/brochure

Comments


bottom of page