top of page

Les terres rares au fond des océans : La Chine en Pôle Position

Le fond des océans est sur le point de devenir le nouvel épicentre de la compétition mondiale pour les ressources, et la Chine se prépare à dominer ce domaine. Les océans renferment des quantités de métaux rares plusieurs fois supérieures à celles présentes sur terre, des métaux essentiels à la fabrication de produits électroniques, d'énergies propres et de puces informatiques de pointe. Alors que les pays cherchent à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, la demande de ces minéraux est en constante augmentation.



Lorsque l'exploitation minière en eaux profondes commencera, la Chine, qui détient déjà 95 % de l'offre mondiale de terres rares et produit les trois quarts des batteries lithium-ion, renforcera sa domination sur les industries émergentes, notamment celles liées aux énergies renouvelables. De plus, cette exploitation minière donnera à Pékin un nouvel atout dans sa rivalité croissante avec les États-Unis. La Chine a même restreint les exportations de deux métaux essentiels pour les systèmes de défense américains, illustrant ainsi comment ces ressources pourraient être utilisées à des fins militaires.


Dans sa quête pour dominer cette industrie, la Chine s'est concentrée sur l'Autorité Internationale des Fonds Marins (AIFM), une organisation des Nations Unies basée en Jamaïque, chargée de réguler l'exploitation minière en eaux profondes. En exerçant son influence au sein de cette organisation, la Chine peut façonner les règles internationales à son avantage, ce qui s'avère essentiel pour les ambitions mondiales de Xi Jinping, le dirigeant chinois, de faire de la Chine une puissance maritime capable de rivaliser avec les États-Unis.


Si la Chine parvient à prendre la tête de l'exploitation minière en eaux profondes, elle aura un accès privilégié à tous les minéraux essentiels à l'économie verte du XXIe siècle. Pour devenir une puissance mondiale, il est impératif de maintenir la sécurité de ses voies maritimes et de ses intérêts. Devenir une puissance maritime est incontournable. Les États-Unis, qui n'ont qu'un statut d'observateur à l'ISA, risquent d'être mis à l'écart dans l'élaboration des règles de ce secteur d'avenir. Contrairement à la Chine, les entreprises américaines n'ont pas de contrats d'exploration avec l'ISA, et Washington semble manquer d'un plan clair pour rivaliser dans cette nouvelle industrie.


Face à ces enjeux, il est crucial de comprendre que les ressources minières des océans ne sont pas uniquement une question de richesses naturelles, mais aussi de bouleversement de l'ordre international traditionnel. L'exploitation minière en eaux profondes soulève des préoccupations environnementales majeures, menaçant la biodiversité abyssale et la santé des écosystèmes marins. Les scientifiques avertissent que cette activité pourrait avoir des conséquences graves et durables sur les fonds marins, ainsi que sur la colonne d'eau au-dessus, avec des répercussions sur la faune, y compris des espèces commerciales.

Dans ce contexte, la Chine joue un rôle central et tente de diluer les réglementations environnementales pour privilégier l'industrie. Cependant, les préoccupations environnementales et l'importance de préserver la biodiversité des grands fonds doivent être prises en compte.


En fin de compte, il est de la plus haute importance que la communauté internationale surveille de près l'évolution de l'exploitation minière en eaux profondes et travaille ensemble pour garantir que cette activité soit menée de manière responsable et durable, en préservant notre environnement marin précieux. Ainsi, il est temps pour les visionnaires de saisir l'opportunité d'investir dans les terres rares avec la stratégie Elio pour soutenir la conservation de ces ressources uniques, assurant un avenir durable pour les générations à venir. Demander votre brochure: www.eliostrategy.com/brochure

3 vues

Comments


bottom of page